Nombre de pages visitées...

Visiteurs: 19686093

Recherche instantanée

Se connecter






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Accueil arrow --> ++ARCHIVES ++<-- arrow Récit des Vols de Roland..
Récit des Vols de Roland..

Et voilà toutes les photos du vol de Roland de Verbier à Disentis se trouvent Ici ! et c'est magnifique...bravo Roland et merci pour les photos...t'es super.
Pour le vol retour Fiesch-Verbier c'est Là !
Finalement Fiesch-Disentis-Fiesch Ici !
Et finalement le récit des vols...dans lire la suite...

Les Alpes comme jamais!

Sur la route du retour des 40 ans à Mike Horn, les bulles de champagne de la veille se mélangent aux premiers cumulus du matin qui présagent une excellente journée de vol.

Les Alpes comme jamais!

Sur la route du retour des 40 ans à Mike Horn, les bulles de champagne de la veille se mélangent aux premiers cumulus du matin qui présagent une excellente journée de vol.

17 juillet 2006, 10 heures l’arrivée à la Croix de Cœur par la Tzoumaz me fait découvrir un ciel absolument parfait sur les Combins et le fond de la Vallée de Bagnes. Il faut faire vite car des orages semblent annoncés pour la soirée.

11 heures je décolle de la Croix et tourne à droite pour choper la pompe de Savoleyre bien exposée le matin. Faible au début, elle se confirme vite et m’amène en 30 minutes au nuage à 3200m. De là, je file sur la Dixence et attrape le thermique côté est de la pente avant le barrage pour monter à 3400m. Il me reste à filer sur Evolène et le choix se porte sur le Becs de Bosson car un beau nuage y trône fièrement. Les pentes ouest ne sont pas encore bien exposées et ça devient laborieux. Au bout d’une demi-heure, je décide de me laisser dériver au fond du Val d’Hérens pour aller chercher les pompes de fond de vallée beaucoup plus puissantes. Bien m’en a pris car au-dessus le La Sage un magnifique thermique me propulse à 3800m. devant le Weisshorn.

Zinal se profile à l’horizon le temps de traverser le lac de Moiry. Devant la cabane Tracuit, l'ascenseur fonctionne et il m'offre un incroyable point de vue sur le Cervin, la Dent-Blanche et autres 4000. Le temps de passer devant l‚Obergabelhorn je survole déjà les Mischabel au-dessus de Randa et il ne me reste que 3 à 400 mètres à grimper avant de toucher la base à 4 mille. Tout en douceur, je me faufile entre les barbules pour filer à l'est. Là le choix est vite fait ; Locarno et la pizza avec Mario ce sera une autre fois car les bases au sud des Alpes plafonnent à 2 mille! Je reste donc sur la Crète des Alpes valaisannes et passe vertical du Simplon avant de raccrocher à Rosswald la fameuse pompe à couillon du haut-valais.

Tout va bien me voici à 3400m avec l'intention de voler vers Fiesch car je dois amener 100 kilos de café à mon client l'Hôtel des Alpes le lendemain. Je pousse le vol dans la Vallée de Conches pour voir ce qu'il s'y passe. Pas un mètre de perdu et des bases qui montent. Devant le col du Nufenen je cercle à 4 mille mètres et à l'est des bases fabuleuses me tendent la main. Aller, on ne vit qu'une fois ; BANZAIE ! Et on verra bien pour le retour. Une fois au nuage sur le Blinnenhorn je prends l'option col du Gotthard pour rester là ou les bases sont les plus hautes. Une longue transition me fait perdre mille mètres et finalement j'arrive 500 mètres sur le col ou un vent du nord modéré souffle. Sans hésiter, je choisis une pente sud-ouest de l'autre côté du col et sous le vent. Je serre les fesses et monte dans une machine à essorer à nouveau jusqu'au nuage à 3500m. Là je file sur les sommets au-dessus de Sedrun mais l'ombre des gros nuages vers Andermatt anéantit l'activité thermique. Je suis épuisé et n'insiste pas assez pour remonter et tenter l'Engadine. Mon choix se porte sur Disentis avec son grand terrain à côté de la gare. Un attéro tout en douceur après avoir coupé la priorité à une moto en finale à 20 centimètres du bitume de la route Disentis-Luckmanier.

Les habitants de Disentis se marrent en voyant ce welche tirer sur la route son delta posé sur un container à poubelle direction la gare. Le chef de gare s'étonne aussi de ma requête un billet simple-course pour Martigny avec delta... « Demain matin 6h45‚ prochain train me répond t-il !». Reste l'hôtel de la Furka juste en face de la gare ou après une assiette de röstis des Grisons, je tombe dans un profond sommeil.

Mardi 6h. je déjeune face à un ciel translucide et monte dans le premier train pour le Valais. Arrivée à Fiesch à 9h, je porte mon delta jusqu'au téléphérique. Du monde au décollage delta, ça fait du bien de voler avec d'autres pilotes. Décollage à 11heures et montée tranquille jusqu'à la base sur l'Eggishorn. De là, transition directe sur Belalp au-dessus du glacier d'Aletsch dont je découvre avec effroi de combien il a maigri en 15 ans!

Je rame au-dessus de Belalp car c'est un peu tôt pour des pentes sud. Finalement, je décroche quand même le nuage et de là file sur le Bietschorn. Aucun problème, j'enroule 300 mètres sous le sommet et termine 200 mètres dessus dans les barbules. Là un long plané m'amène sur les alpages de Guttet ou j'enroule de quoi passer à l'aise Leukerbad. L'arrivée au Mont-Bonvin est une formalité et je trouve là la plus puissante pompe des 2 jours avec l'impression que mes deux winglets se touchent !

Anzère me fait un peu faux bon car les ascendances ne sont pas si évidentes, mais le Prabé me rend bien la mesure de mes efforts. De nouveau au nuage à 3400m. je glisse vers les Hauts de Cry et me délecte de ses thermiques terminant l'ascension sur le bord du nuage à 3700m. Cap sur Verbier et retour à la case départ. Je survole la Croix de Cœur avec 200 mètres et découvre un vent qui tourne dans tout les sens. Je fais donc encore 30 minutes de vol à Verbier le temps que l'ombre des cunimbs arrive et calme le jeu. Posé sur l'altiport à 15h30‚ juste avant la pluie. Nicole et Philippe Bernard me tiennent compagnie et on rigole bien de ce coup de poker aérien.

Entre temps, Mario au courant de ce qui s'est passé les deux derniers jours, ne tient plus en place et me transmet un « ordre de marche pour Fiesch mercredi 10h. » !

Mon client verra enfin la couleur de son café... Un mot sur vole.ch et Sam m'appelle pour monter à Fiesch avec moi et réaliser son premier 80 kil. Nécessaire pour son brevet de moniteur.

La cabine de 10heures nous monte au décollage et tous les paramètres sont à nouveau réunis pour une journée mémorable.

Sam décide de faire le fond de Conches puis de filer vers Bex retrouver sa chérie ! Mario et moi décidons de faire le Grimsel puis Martigny et retour.

Lorsque je survole le Grimsel à 11h30‚ l'appel des Grisons, région que je connais tellement peu devient irrésistible. Je fonce vers Andermatt et le premier sans mat arrive enfin avec moi ce qui facilitera la recherche des pompes. Mis à part le point bas entre le Grimsel et le glacier du Rhône, le vol se passe au nuage et les cols de la Furka et de l'Oberalp ne sont qu'une formalité. Arrivé à Disentis, je décide de rentrer passer les 3 cols avant que le vent se lève et me donner assez de temps pour faire encore Martigny retour et ainsi mon premier 300 kilomètres. Le retour se passe bien mis à part un estomac totalement détraqué qui me fait hésiter entre un record avec une grosse embarbouillée et un attero discret près d'une forêt pour aller lâcher le lest ! L'instinct du chasseur ne l'emporte plus comme à 20 ans, la raison me fait filer au centre de la vallée jusqu'au terrain de Gluringen à 15 heures juste à temps ! Mario posera dans le même terrain à 17heures 30‚ après avoir fait Martigny retour avec 5 fois la barre des 4 mille franchie. Ce qui lui vaudra une élimination de l'OLC pour avoir volé trop haut!

Le soir, repas sympa avec Mario sur la terrasse de l'Hôtel des Alpes à regarder vers 20 heures les derniers parapentes et delta poser au retour de leurs vols records.

Trois ans après l'été du siècle en voici un deuxième. Il faudra s'y habituer, le climat change vraiment et les vols d'Alpes prennent une dimension d’Owens Valley. Désormais, l'oxygène s'impose presque. De quoi réfléchir cet hiver avant le prochain été du siècle qui pourrait bien revenir en 2007 ! Dans tous les cas, toutes mes photos de glacier deviendront vite document d'histoire tant la fonte est rapide.

 
< Précédent   Suivant >

Vue sur...

Torrent vue sur la vallée...

Sites qui réveillent...

Site deltarom.ch
Site de l
site de l
Site de l
Resto super de Philippe Bernard, excellent !
Site de nos amis de Verco
DCRochers de Naye
air
THE site du Delta
site du DC 82 et sa célèbre bible des ailes
Site du deltaplane.ch